Le marché des esclaves - Jean Leon Gerome

Le marché des esclaves

(The Slave Market)

Jean Leon Gerome

Réalisme  ·  Nu féminin  ·  Nos favoris
Le marché des esclaves - Jean Leon Gerome
1871   ·    ·  13.52 Megapixel  ·  ID de la peinture: 14635
   Ajouter aux Favoris
0 Avis
La peinture "Le marché aux esclaves" est une peinture de 1866 du peintre français Jean-Léon Gérôme, actuellement exposée au musée d'art de Cincinnati. Le réalisme à attribuer à la scène de marché montre un marchand d’esclaves, y compris des produits offerts dans le coin tranquille d’un marché. L’objectivité quotidienne de l’expression picturale suit la tradition artistique des illustrations réelles, avec une couche de connotation politique cachée. Que peut-on voir sur la photo?

Dans le coin d'un marché aux esclaves, un commerçant est assis dans le grand volet de son magasin, qui occupe près du tiers de la surface totale de la photo. Le centre de cette ouverture carrée, qui recule dans le noir, est un homme de l’âge moyen aux années 50, vêtu de vêtements bédouins. Son geste désinvolte est souligné par un accoudoir en bois dans la fenêtre, à partir duquel une partie de sa cape blanche pend vaguement. L'homme porte un turban et semble fumer une pipe à narguilé et se détendre en partie le long de l'allée ou du chemin de sable. En suivant ce chemin et son regard, deux de ses esclaves sont adossés au mur de boue de la simple maison. Encore une fois, quatre de ses esclaves, un jeune homme noir et trois autres femmes, sont assis et en partie assis sous sa fenêtre ou debout à côté d'eux. Chaque figure montre une posture différente avec sa propre expression. Le point de vente du revendeur est délimité par de simples briques fragiles, au cours desquelles se trouve également une lave ronde ou une pierre de champ. Les esclaves étaient placés derrière la ligne de pierre sur un vieux tapis persan bleu pâle brillant et bleu pâle chatoyant avec des franges. La maison de l'esclave a l'air vieille et en lambeaux, mais pas délabrée. Au lieu de cela, la poussière sur les poutres de support et le cadre adjacents en bois forme une pièce globale douteuse à peine assignable, qui apparaît de plus en plus nette dans le grenier. Comparé à un segment du marché de droite, il est remarquable qu'il s'agisse d'une classe de seconde classe, que le marchand d'esclaves tente habilement de doubler avec son apparence désinvolte.

Pour assigner l'orientalisme, la scène se réfère à la région du Moyen-Orient. Les personnages, au cœur de l’histoire, sont proposés à moindre coût dans un environnement louche et exotique. À l'arrière-plan de l'esclave se trouve une armoire décorée avec un perroquet. Les figures, à moitié nues ou à moitié nues présentées à la vente ou au spectateur, correspondent à des idées fantasmatiques sexualisées étayées par des considérations politiques. Ainsi, on devient immédiatement conscient de la femme complètement nue du côté gauche qui offre son corps dans une pose érotique. Que cette femme, avec ses cheveux noirs et sa chevelure noire et ses beaux bijoux de poignet et de pied, semblables à une gitane, est peut-être une coïncidence. Cependant, la situation semble encore plus déroutante quand on regarde la femme à moitié nue, du côté droit, qui se tient près d'un enfant dans ses bras, la Vierge Marie. Sa cape et le tissu en filigrane étalé à mi-hauteur sur sa tête et toute sa posture rappellent au moins en partie cette représentation médiévale de la Mère de Dieu, d'autant plus que son regard est également dirigé vers le ciel. Sous ces personnages debout, de plus en plus d'esclaves sont assis de différentes manières. Il y a tout d'abord une femme accroupie, à gauche et complètement recouverte, comme si elle voulait se cacher. Il n'y aurait pas grand chose à dire sur elle s'il n'y avait pas ces tatouages sur son bras, symboles du henné qui soutiennent ses origines persanes ou indiennes du nord-ouest. À côté d'elle se trouve un homme noir de charbon avec des accessoires pour cheveux saisissants et des ongles pointus. Selon les bijoux, il est très évident qu'il vient d'une tribu du désert. Sa posture est sombre et perdue face au spectateur. Deux autres esclaves enrichissent la scène: d'une part, les pieds se sont endormis et accusent l'observateur et mendient avec un bol à ses pieds.

Dans le contexte, l'image "Le marché des esclaves" a une profondeur dans le détail. L'expression de chaque personnage est différente dans le comportement et son expression. La résignation, l’indifférence et l’affichage et le culte exagérés sont exprimés dans la photo ainsi que dans l’effet contrasté de la salle dans son ensemble. Le vrai message derrière l'image se trouve donc derrière la façade extérieure, à laquelle l'observateur ne prend conscience en détail que lorsqu'il regarde de près et de l'extérieur et qu'il s'exprime sous la forme d'une maladie sociale. © Meisterdrucke
Mockup 1 Mockup 2 Mockup 3 Mockup 5 Mockup 6 Mockup 7


Configurez d'art



 Enregistrer / comparer la configuration

Gemälde
Veredelung
Keilrahmen

€ 00.00
(inkl. 20% MwSt)



  Impression d'art de mains de maîtres
  Fabrication autrichienne
  Expédition dans le monde entier
Plus d'impression d'art de Jean Leon Gerome
Markos Botsaris, 1874 Piscine dans un harem Bathsheba, vers 1895 (plâtre) Travailler dans le marbre ou l’artiste sculptant Tanagra Derviches tourneurs, v.1895 Le marché aux esclaves, 1866 Phryne devant le jury Le marché des esclaves The Duel After the Masquerade Bashi-Bazouk, 1868-1869 Prière à la mosquée La danse de l'épée (La Phyrique) Femme Nue, c.1889 La mort de César Tigre sur la montre
Autres motifs de la catégorie Nu féminin
Baigneurs ou deux femmes nues Fille nue Nu sur un canapé, c.1880 Allongé acte féminin avec jambes écartées Cléopâtre Femme en bas blancs, c.1861 Nu Oriental Après le bain, vers 1895 Nu féminin Femme couchée Angélique Matin Deux modèles nus Femmes se baignant Le rêve de Paris
Extrait de nos meilleurs ventes
Cafe Terrace, Place du Forum, Arles, 1888 conception de fenêtre en verre Hypnose. 1904 (photogravure) Jeune tigre jouant avec sa mère, 1830 La tour de Babel (Vienne) Allongé acte féminin avec jambes écartées Pont de Waterloo Christ in Limbo Empereur Charlemagne Le Wanderer au-dessus de la mer du brouillard, 1818 Géographie des plantes dans les pays tropicaux, Une étude des Andes, dessinée par Schoenberger und Turpin, imprimée par Langlois, Paris Composition n ° 11 en gris, rose et bleu, 1913, de Piet Mondrian (1872-1944), huile sur toile. Pays-Bas, 20ème siècle. Nu couché Oeillet, Lily, Lily, Rose Champ de blé avec des cyprès

Partner Logos

Kunsthistorisches Museum Wien      Kaiser Franz Joseph      Albertina

Meisterdrucke Logo long
Hausergasse 25 · 9500 Villach, Austria
+43 4242 25574 · office@meisterdrucke.com
Partner Logos

               

Der Sklavenmarkt (AT) Der Sklavenmarkt (DE) Der Sklavenmarkt (CH) The Slave Market (GB) The Slave Market (US) Il mercato degli schiavi (IT) De slavenmarkt (NL) El mercado de esclavos (ES) Рабский рынок (RU) दास बाजार (HI) 奴隶市场 (ZH) O mercado de escravos (PT) 奴隷市場 (JP) سوق الرقيق (AE)


(c) 2020 meisterdrucke.fr